vidatI immo : 0783841526

Tout savoir sur l’investissement locatif

Le domaine de l’immobilier attire actuellement de nombreuses personnes, en raison de la rentabilité de celui-ci. Le volume des particuliers qui décident d’entreprendre des mesures pour devenir propriétaires terriens ou immobiliers a entre cru de 17% entre l’année 2014 et 2015. L’investissement locatif est généralement le but premier de ces nouveaux acquéreurs qui contribuent à dynamiser le milieu.

Le domaine de l’immobilier devenu plus attractif

De nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement pour rendre l’immobilier plus attractif. En effet, le secteur souffrait d’une baisse de transactions suite à la crise immobilière mondiale qui a eu lieu il y a quelques années. Cette époque a fait que la pierre, pourtant toujours considérée comme une base solide pour l’avenir, et en laquelle on pouvait avoir confiance, n’attirait plus tellement les investisseurs sur le long terme. Ainsi, la construction de biens immobiliers neufs a diminué, or les personnes qui cherchent où se loger n’ont pas suivi la cadence ascendante. Cela a fait qu’on a pu observer une inflation des prix aussi bien du loyer que de l’acquisition elle-même.
Parmi ce qui contribuait à limiter l’intérêt porté à l’immobilier, il y a également les démarches à suivre pour pouvoir devenir propriétaire. En outre, pour contracter un crédit immobilier, il faut remplir des critères exigeants, autrement les banques ne vous accordent pas de prêt. Actuellement, les banques sont devenues plus souples, et sont plus enclin à accorder des crédits immobiliers aux particuliers. De plus, on a observé une baisse conséquente des taux d’intérêt des établissements bancaires, ce qui a ajouté de l’attrait au domaine de l’immobilier. En effet, des taux de crédit plus bas signifient que les dépenses mensuelles relatives au remboursement seront moins lourdes.

Les particuliers et l’investissement locatif

Il est possible d’acquérir un bien immobilier non dans le but d’en faire votre résidence principale, mais plutôt pour en faire la location à des personnes tierces. Pendant longtemps, l’investissement locatif est une activité qui a été monopolisée par les groupements de personnes qui disposaient de fonds financiers importants. Ces derniers pouvaient aisément construire de grands bâtiments et des immeubles qu’ils pouvaient ensuite louer soit à des particuliers, soit à des professionnels. Cependant, depuis peu, cela commence à gagner en popularité auprès des particuliers, dans la mesure où les conditions requises pour ce faire sont devenues moins pointues.
Les mesures du gouvernement par rapport au domaine de l’immobilier ont facilité l’accès de biens immobiliers par les personnes ne disposant pas de fonds importants. Il est devenu plus simple pour celles-ci de faire l’achat d’un bien immobilier via des crédits contractés auprès de banques. Si des critères minimums sont quand même requis, ceux-ci sont parfaitement raisonnables, et sont un bon compromis entre une protection de la banque et une facilité d’accès par les particuliers. Parmi les critères qu’on vous demande, il y a un emploi avec CDI, et un apport financier de votre part, qui ne devra pas nécessairement être excessif.

L’investissement locatif : une entrée d’argent stable

Faire l’acquisition d’un bien immobilier dans le but d’en faire un bien locatif est très intéressant sur le plan financier. En outre, dépendamment de la zone dans laquelle se trouve votre bien immobilier, vous pourrez être sûrs de toujours trouver un locataire, ainsi votre bien ne sera presque jamais vacant. Si vos locataires décidaient de partir, il vous suffit de partir à la recherche d’autres gens pour louer votre bien immobilier. L’investissement initial peut être couteux, mais il sera peu à peu amorti par ce que vous rapportera la location du bien au cours des années.
Investir dans le locatif vous permet également de faire un bon usage de votre argent : plutôt que de le geler à la banque, l’acquisition d’un bien immobilier vous permet de faire un investissement intéressant, aussi bien dans le moyen terme que dans le long terme. En effet, sur le moyen terme, vous avez une entrée d’argent relativement stable, outre vos activités professionnelles tierces. Sur le long terme, vous devenez propriétaires d’un bien immobilier que vous pouvez soit continuer à louer, soit revendre, soit ajouter au patrimoine que vous lèguerez à votre descendance.

Trouver un bien immobilier pour un investissement locatif

Comme votre but est une rentabilisation rapide, le choix du bien immobilier dans lequel investir est crucial. Il faut choisir un bien qui se trouve dans un endroit où la demande en bien locatif est élevée. Actuellement, on observe une hausse en termes de demande de maisons ou appartements à louer en périphérie des grandes villes. En effet, les loyers y sont moins chers qu’en centre-ville, et on s’y trouve à une distance raisonnable des lieux de travail ou universités. Il ne faut également oublier de prendre en compte des paramètres comme le plafond de financement que vous pouvez vous permettre.
Plutôt que de vous hâter et choisir d’investir dans le premier bien que vous trouverez, il est préférable de dresser une liste des biens les plus intéressants, et de bien prendre votre temps avant de choisir. Le mieux est encore de faire appel aux services d’un agent immobilier, qui saura vous conseiller sur les bons choix à opter. De plus, celui-ci bénéficiera d’une grande expérience en ce qui concerne le domaine, et sera plus à même de vous conseiller quelles zones sont les plus rentables, ou bien de vous dire ce que vaut réellement un bien spécifique.

Immobilier locatif : bien neuf ou ancien ?

Vous aurez généralement le choix entre les biens immobiliers récemment construits, et ceux qui ont plusieurs années d’âge. Les mesures fiscales prises dans le domaine de l’immobilier favorisent l’acquisition de biens neufs, et proposent des réductions d’impôts intéressantes aux particuliers et professionnels qui désirent devenir propriétaires. De plus, ils présentent l’avantage d’être en excellent état, et les futurs locataires peuvent y vivre sans expérimenter les soucis qu’ils pourraient rencontrer dans une maison ancienne, comme des pannes d’installation électrique.
L’acquisition de bien ancien pour un but locatif est une option tout à fait différente. L’un des avantages en est que le prix d’acquisition pour de tels biens est bien plus inférieur que pour les biens immobiliers. Toutefois, la qualité du bien en question n’est pas comparable. Il se trouve des biens immobiliers à rénover, et qui sont plus accessibles, dans la mesure où on attend de vous que vous procédiez à des réparations. Si vous décidez de vous lancer dans l’acquisition d’un tel bien, il faut bien évaluer la rentabilité de l’action. Selon le bien, cela peut vous rapporter bien plus qu’une acquisition d’un bien immobilier à but locatif.

Trouver un financement pour votre projet immobilier

Le problème du financement est généralement ce qui fait que vous pourrez ou non vous lancer dans un projet immobilier. Les apports financiers des particuliers ne suffisent généralement pas à faire l’acquisition d’un bien immobilier, et il leur faut l’aide d’un crédit contracté auprès d’une banque. Celles-ci sont enclines à vous en fournir un, à condition que vous puissiez leur assurer que vous serez en mesure de rembourser votre crédit au taux d’intérêt fixé sur la durée spécifiée. Afin de savoir cela, la banque se base sur votre situation financière actuelle.
Les personnes qui ont le même emploi depuis plusieurs années dans la même société, et qui sont liées à un CDI avec celles-ci ont de plus grandes chances de décrocher un contrat auprès d’une banque. C’est plus difficile de convaincre une banque de votre solvabilité si vous travaillez à votre compte, par exemple pour les personnes ayant le statut d’entrepreneurs individuels. Ensuite, il y a la question de l’apport financier : la banque requerra de placer de l’argent venant de votre poche dans le projet immobilier. Heureusement pour les particuliers, la valeur requise de cet apport est actuellement très abordable.

Investissement locatif : les impôts

Si vous décidez de devenir propriétaire immobilier, vous acceptez ainsi de vous charger de payer les impôts relatifs à cela. Plusieurs charges fiscales incombent à ceux qui possèdent des biens de nature immobilière, comme les frais de notaire, ou encore l’impôt foncier. En outre, si vous achetez un bien immobilier dans un but locatif, vous êtes éligible pour l’impôt sur les revenus fonciers. Ce sont des paramètres à prendre en compte dans votre investissement locatif afin d’en évaluer avec précision la rentabilité. Les impôts que vous devrez payer varieront suivant plusieurs critères, comme le prix d’acquisition du bien.
Actuellement, ceux qui se lancent dans l’investissement locatif bénéficient de réductions d’impôts, suivant qu’ils respectent certains critères. En outre, le bien mis en location doit être un bien neuf, et il existe un plafond concernant les réductions que vous pouvez obtenir. La loi Pinel est le dispositif fiscal qui permet aux particuliers et aux professionnels de bénéficier de réductions d’impôt dans le cas d’acquisition de bien immobilier neuf. C’est grâce à cette loi que le domaine de l’immobilier est actuellement aussi dynamique, et cette loi a d’ailleurs été renouvelée pour un an, pour ne prendre fin que le 31 décembre 2017.

S’investir à plein temps dans l’investissement locatif

Il y a de plus en plus de particuliers qui choisissent de faire de l’investissement locatif leur principale activité. Plutôt que de se limiter à un unique bien immobilier, vous pouvez faire le cumul de biens à louer, et ainsi vous constituer un parc de plus en plus large de maisons et d’appartements. L’intérêt de ce type d’activités est que vous pouvez utiliser les biens immobiliers acquis pour le financement de nouvelles acquisitions. Ce n’est toutefois pas une activité dans laquelle il faut se lancer à la légère. On ne peut se lancer sérieusement dans l’investissement locatif qu’en ayant des connaissances assez solides du milieu de l’immobilier.
Egalement, si cela devient votre activité principale, il vous faudra obtenir le statut d’entrepreneur individuel, et déclarer vos revenus qui seront déduits d’impôts. Si votre activité marche bien, il pourra être plus facile pour vous d’obtenir des prêts venant de la banque, car en outre, vous serez mieux considérés comme solvables. L’investissement locatif peut être assez rentable pour que vous puissiez vous y consacrer pleinement.

Investissement locatif : et après ?

Si vous avez décidé de vous lancer dans un investissement locatif, vous pouvez continuer à louer le bien pendant autant d’années que vous le désirez. Suivant le type de biens que vous possédez, il est possible que des plus-values s’y ajoutent au fil des ans. Pour bénéficier d’une réduction d’impôts via la loi Pinel, il faut que vous fassiez la location de votre bien immobilier pendant un nombre spécifique d’années. Passé le délai requis, vous êtes libres de disposer de votre bien comme vous le souhaitez, et continuer à le louer ou bien décider d’y vivre.
Décider de vendre votre bien immobilier locatif une fois la durée obligatoire de location dépassée est également une option intéressante. L’un des principaux avantages du domaine de l’immobilier est la grande stabilité des prix. Le monde de l’immobilier et de la finance fait actuellement de son mieux pour éviter qu’une bulle immobilière comme celle d’il y a quelques années se reproduise, et cela fait que les prix des biens ne connaitront pas de changements majeurs les années à venir.

Prévisions pour les investisseurs locatifs

La tendance est actuellement à la pierre pour les particuliers qui désirent investir sur le long terme. Les dispositions prises par le gouvernement contribuent à alimenter cette tendance, avec des lois telles que la loi Scellier ou la loi Pinel, qui sera remplacée par un dispositif proposant des avantages similaires. Si la nouvelle loi sur l’immobilier en 2018 n’est pas aussi intéressante que la loi Pinel, on risque d’observer une diminution de l’intérêt pour l’investissement immobilier, aussi bien du côté des particuliers que des grands investisseurs.
Les lois fiscales immobilières contribuent toutes à une favorisation de la construction de biens immobiliers neufs, et la conséquence probable en est une baisse des loyers dans l’ensemble de l’hexagone, si tant est les lois s’appliquent sur des zones spécifiques. En outre, toutes les villes de France ne sont pas éligibles pour la loi Pinel, et seules celles qui possèdent une densité spécifique de population comme la zone Île-de-France peuvent bénéficier de ce dispositif. Si la tendance continue, la construction de nouveaux bâtiments résidentiels se perpétuera dans ces zones.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.