vidatI immo : 0783841526

La primauté d’une assurance logement

L’assurance d’un logement facilite les démarches du locataire en cas de problème. Assurance conseillée contre les risques locatifs En cas de sinistre, la responsabilité du locataire peut être engagée. S’il n’est pas assuré, il devra indemniser personnellement le propriétaire. C’est pourquoi, il est conseillé de souscrire une assurance contre les risques locatifs : incendie, explosion, dégât des eaux…

Même si l’assurance n’est pas obligatoire pour les logements meublés, le propriétaire a le droit d’exiger une attestation d’assurance de la part du locataire lors de son entrée dans les lieux et lors du renouvellement du bail. Le propriétaire peut aussi prévoir, dans le contrat de location, une clause de résiliation pour défaut d’assurance.

En revanche, il ne peut contraindre le locataire à s’adresser à une société d’assurance en particulier.

Assurance complémentaire pour les dommages causés aux voisins

Le propriétaire peut décider d’assurer dans un même contrat :

  • son logement ;
  • son contenu mobilier ;
  •  ses responsabilités.

Il peut souscrire une assurance « pour le compte de qui il appartiendra » avec abandon de recours. Le locataire est alors couvert pour les dommages causés tant à lui-même qu’aux voisins et aux tiers.

A savoir : cette solution est parfois choisie pour les locations de courte durée (ex. : location à des étudiants). Cela évite, lors des fréquents changements de locataires, d’avoir à vérifier les assurances souscrites.

Assurance loyers impayés

Il existe une assurance spécifique qui protège le propriétaire contre les impayés de loyer.

L’assurance loyers impayés offre 4 garanties :

  •  le remboursement des loyers impayés dus en cas de défaillance du locataire : loyer principal + charges + taxes récupérables sur le locataire (ex. : taxe d’habitation) ;
  •   la prise en charge des détériorations immobilières constatées au départ du locataire : remboursement des frais de réparations non couverts par le dépôt de garantie ;
  •   le départ prématuré du locataire : indemnisation du propriétaire jusqu’à récupération des locaux ;
  •   les frais de contentieux : frais de procédure engagés pour recouvrer le montant des loyers impayés ou pour obtenir le remboursement des détériorations immobilières.

Laisser un commentaire