vidatI immo : 0783841526

Immobilier : un marché contrasté en province

Pour de nombreuses raisons,  la plupart des franciliens préfèrent quitter Paris pour s’installer en province.

En province, après une hausse des prix de 4,7% des appartements et de 10% des maisons en 2010, une relative incertitude l’emporte. Le marché tourne au ralenti dans certaines villes et reste dynamique dans d’autres, selon les notaires de France.

Si durant ces premiers mois de 2011, les prix des logements anciens continuent d’augmenter en région parisienne et surtout dans la capitale, l’évolution reste plus incertaine en province.

A Tours, les prix des maisons se stabilisent. A Bordeaux et à Nantes, ils affichent une hausse trimestrielle respective de 1% et de 4%.. A Rennes et à Lille, ils reculent même respectivement de 3% et de 6%. A l’inverse, à Lyon et à Brest, les valeurs de ces logements collectifs gagnent respectivement 3% et 7% sur un trimestre.

A Montpellier, par exemple les prix sont fermes, mais dans la ville voisine de Béziers, ils sont plutôt en retrait sur un marché qui tourne au ralenti.

En attendant, l’année 2010 a été un bon millésime pour l’immobilier résidentiel ancien situé en province, avec des prix en progression de 4,7% pour les appartements et de 10 % pour les maisons. Quant au volume de vente, il se chiffre à 619.000 transactions, en hausse de 30% par rapport à 2009.

Laisser un commentaire