Hsueh Sheng Wang Eurasia Groupe

Eurasia Groupe rapport annuel PDG M. WANG

 

Eurasia Groupe, une entreprise franco-chinoise est situé à Aubervilliers et dispose en ce moment en France un parc logistique, commercial et hôtelier de superficie 253 483 m2. Ce dernier contient 29 emplacements en France. Depuis 2 010, cette entreprise a déjà investi 18 millions d’euros avec un bénéfice de 1,5 million d’euros. Eurasia Groupe utilise 20 employés français et effectivement beaucoup plus en Chine. Selon Wang Eurasia Groupe, l’entreprise essaie de se concentrer un peu plus dans le commerce. C’est la raison pour laquelle, des actifs industriels et commerciaux sont installés en Chine. Il a aussi mentionné que des activités sous-traitance dans le domaine de textile et les marques Lacoste et Nike ont été établies.

Un futur projet lié à la logistique

Il est vrai que Wang Eurasia Groupe se concentre beaucoup dans le commerce plutôt que dans la logistique. Mais avec la future plateforme logistique, cette entreprise voudra étendre vite les articles de luxe produits par les Français. À part cela, le PDG Wang cherche à prendre en France les flux des exportateurs tels que les vins, les foies gras et spiritueux.

Hsueh Sheng Wang Eurasia Groupe

Le projet Havre effectué par  le PDG du Groupe Eurasia

Depuis 2 011, un investissement de 7 millions d’euros a été donné par le dirigeant d’Eurasia Groupe au Havre. À cette époque-là, 75 000 m2 sur 14 ha a été détenu par  ce Groupe dans le but de stocker des produits. Au fur et à mesure du temps, l’investissement est augmenté à 22 millions. Ce budget a pour objectif d’implanter une plateforme logistique et commerciale au nœud routier et sur la bordure du canal de Tancarville. Des lieux de stockage, des showrooms et des bureaux sont installés pour faire une importation-exportation entre la Chine et la France.

 

 

Abonnement gratuit et à vie pour vous informer

Recevez nos futures publications directement dans votre email

Abonnez vous gratuitement en 5 étapes simples :

  1. Mettez votre email dans le formulaire ci dessous
  2. Vous recevez un email de donotreply@wordpress.com avec comme titre « Confirmez votre abonnement pour … »
  3. Cliquez sur « Confirmer votre abonnement » dans l’email recu
  4. Vous recevrez des emails avec des information pratiques
  5. Vous pouvez vous désinscrire quand vous voulez depuis chaque email recu

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

 

Faites comme des centaines de personnes qui recoivent de l’information pertinente en temps réel

PS : Vous pouvez vous désinscrire quand vous souhaitez en 1 clic de bouton sur les emails que vous recevrez

Steel Apsys

Steel apsys

Le groupe Apsys fondé par Maurice BANSAY poursuit activement son développement. Cet acteur incontournable de l’immobilier commercial présent sur le marché français et polonais ne cesse d’imaginer des lieux de commerce innovants et proposant une expérience clients exceptionnelle. Pour preuve, le groupe inaugurera à Saint-Etienne en 2019 un nouveau projet urbain ambitieux baptisé Steel.
 
 

Un nouveau « steel » de parc urbain

 
 
En remportant le concours organisé par l’Établissement Public d’Aménagement de Saint-Étienne, le groupe ajoute à son portefeuille d’actifs un projet urbain d’entrée de ville de 70 000 m² situé à Saint-Etienne dans la ZAC de Pont-de-l’Ane-Monthieu. Le nouveau concept portera le nom de « Steel ». Il prévoit notamment des espaces dédiés spécialement aux articles de jardinage, de bricolage et de sport et 37 000 m² d’espaces verts dans un parc urbain. Les boutiques d’enseignes de renom seront présentes pour le plus grand bonheur des clients à la recherche de produits et services de qualité. L’ouverture officielle pour le grand public est prévue pour le printemps 2019.
 
 

Steel, une architecture époustouflante

 
 
Fondé par Maurice Bansay, le groupe a pour philosophie de concevoir des lieux qui embellissent la ville. Son dernier projet Steel sera une œuvre architecturale disposant d’un design iconique. Le projet respectera les normes environnementales pour offrir l’image d’une ville à la fois développée et écologique. Le centre se trouve tout au long de l’A72 et se situe sur la principale entrée de la ville de Saint-Étienne. Steel est un programme immobilier contemporain qui offrira 70 000 m² des loisirs et des commerces. Avec une toiture spectaculaire, le centre sera un monument emblématique de la ville. Ses façades seront habillées d’une résille métallique lumineuse conçue par Joran Briand, un designer de renom international. Construit essentiellement en aluminium recyclé, Steel sera un symbole de l’évolution industrielle de Saint-Étienne. A l’image du cadre extérieur, l’intérieur du centre sera plus moderne et plus confortable pour créer de l’émotion.
L’année 2019 sera encore une fois de plus une année de succès pour le groupe Apsys et son fondateur Maurice Bansay.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.


Muse

La réalisation du projet Muse
 
 
Comme l’explique Maurice Bansay, le fondateur et président du groupe Apsys, le projet Muse a été pensé en complémentarité avec le centre-ville de Metz et ses commerces. Il ajoute que Muse a pour ambition d’accueillir 7.4 millions des visiteurs. Il est impossible de ne pas faire référence au groupe Apsys, fondé par Maurice BANSAY lorsqu’on parle du secteur de l’immobilier commercial en France et en Pologne. Encore une preuve de sa réussite, ce centre commercial Muse, le tout dernier projet d’Apsys qui a ouvert ses portes le 21 novembre dernier dans la ville de Metz. Ce nouveau centre commercial propose une architecture résolument contemporaine et un mix exceptionnel d’enseignes de mode, design, food et commerces du quotidien. Ce projet majeur conçu par Apsys offre une vitrine créative et inspirante au nouveau quartier de l’Amphithéâtre de Metz.
Des millions de visiteurs chaque année. Et cela, en dépit de la concurrence accrue du e-commerce avec des sites comme Amazon. Bien que la vente en ligne ait le vent en poupe et permette actuellement d’acheter une multitude de produits de grandes marques 24 h/24 h et 7/7J avec une livraison en moins de deux heures, Apsys a fait le choix de considérer le e-commerce, pas comme une menace mais comme un allié. Voilà pourquoi Muse propose une expérience client novatrice avec des dispositifs digitaux mêlant interactivité, innovation et perceptions.
 
 
Une collection de marques et une implantation exceptionnelles
 
 
Plus qu’un centre commercial, Muse est un lieu créatif et inspirant, un véritable moteur pour Metz et la Moselle. Déployé sur près de 80 000 m², Muse dispose de 37 000 m² d’une offre commerciale attractive réunissant 112 enseignes de mode, de décoration, de restauration et des commerces du quotidien et dont la moitié sont inédites à Metz. Autre point fort du centre : un emplacement exceptionnel et particulièrement bien desservi avec des lignes TER, une gare TGV et un nouveau réseau de transport en commun empruntant l’autoroute A31.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Parc Saint Paul

Un actif de plus dans le portefeuille du groupe Apsys fondé par Maurice BANSAY : le centre commercial Parc Saint Paul, Valence, France
 
 
Le Parc Saint Paul, Valence, un lieu unique pour les familles
 
 
Le Parc Saint Paul est un endroit unique et verdoyant, situé au cœur du pôle commercial de la Drôme. Il offre à ses visiteurs l’opportunité de faire une balade shopping avec ses 35 boutiques dans un cadre attrayant et apaisant. Ce centre commercial a été créé dans une optique de développement durable pour la région de Valence. Mais aussi pour la mise en valeur de la potentialité résidant dans cette région de la France. Son architecture bien élaborée s’accorde parfaitement avec son environnement. Cela fait de ce lieu un endroit plein de charme. Son paysage est naturel, il est décoré d’un bassin d’eau et des terrasses généreuses ouvertes à tous les visiteurs.
 
 
Le groupe Apsys, créateur du Parc Saint Paul, Valence
 
 
Foncière de développement en France, le groupe est dirigé par son fondateur Maurice BANSAY. Un homme féru d’urbanisme et de commerce. Ce groupe foncier possède déjà à son actif plus de 31 centres commerciaux aussi originaux les uns comme les autres dont le Parc Saint Paul. Le groupe travaille en suivant un concept bien défini : le concept iconique. Celui-ci consiste à créer des lieux inoubliables pour offrir une nouvelle et unique expérience aux visiteurs. Le groupe assure le rôle de promoteur, d’investisseur et de gestionnaire.
 
 
Apsys, un acteur de référence dans la réalisation des centres commerciaux
 
 
Présent dans le domaine de l’immobilier depuis plus de 20 ans, ce groupe est reconnu pour ses nombreuses réalisations haut de gamme.  L’expertise, la philosophie et la vision avant-gardiste d’Apsys font de ce groupe un partenaire immobilier de référence.
 

L’Heure Tranquille

 
Créé dans les années 90, le groupe Apsys fondé par Maurice BANSAY est un pionnier de l’immobilier commercial. Il se démarque par sa volonté de concevoir des projets innovants et contemporains. En effet, cette société foncière est à l’origine de plusieurs projets de restructuration, de gestion et d’extension de centres commerciaux. Parmi eux, le centre commercial l’Heure Tranquille qui se situe à Tours.
 
 

Le centre commercial l’Heure Tranquille, une expérience shopping à ciel ouvert

 
 
L’Heure Tranquille s’étend sur une surface de 21 000 m² . Ce centre est situé dans un emplacement privilégié au cœur du quartier des 2 lions et à seulement 5 minutes du centre-ville en tramway. C’est un espace de commerce abritant plus de 60 enseignes, toutes les grandes marques et les plus grandes boutiques de mode confondues. Il dispose également d’une place centrale sur laquelle sont situés les restaurants. Ce lieu de shopping a été conçu selon une vision originale avec comme spécificité, une toiture en ETFE offrant une lumière continuelle aux espaces. Il bénéficie d’un emplacement idéal à proximité du plus grand pôle d’attractions de la ville, le cinéma CGR accueillant jusqu’à 10 millions de visiteurs chaque année. Il se situe également à quelques pas de l’espace de bowling Bowlcenter ainsi que de la piscine du Lac.

Les horaires d’ouverture et les services

 
 
Ouvert du lundi au dimanche de 9 h à 21 h. Outre les grandes boutiques et les restaurants, le centre commercial abrite le supermarché Monoprix. Le magasin d’alimentation propose également un service de presse intégré. Par ailleurs, l’Heure Tranquille offre des nombreux services afin de satisfaire au mieux les visiteurs. Pour cela, le centre dispose d’un espace de détente autour de la fontaine où les pauses se font à ciel ouvert.
 
 
Afin de permettre aux visiteurs de faire du shopping en toute sérénité, le centre dispose d’un parking gratuit durant 1 h 30 et possède un stationnement de 1000 places. Les visiteurs disposent également d’un espace bébé, d’un prêt de parapluies et des distributeurs automatiques.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Bordeaux Saint-Jean, centre commercial créé par Apsys dont le PDG est Maurice BANSAY

Bordeaux Saint-Jean, centre commercial créé par Apsys dont le PDG est Maurice BANSAY
 
 
Beaucoup d’entre vous ne connaissent pas encore Apsys group, sachez qu’il s’agit d’une foncière française qui gère plus de 31 centres commerciaux dans l’hexagone et en Pologne. Créée en 1996, l’entreprise est incontournable en matière de conception de « shopping center ». Son dernier chef d’œuvre ? Bordeaux Saint-Jean, un bâtiment-paysage mixte de plus de 88 000 m2 qui sera inauguré en 2022 dans la belle endormie !
Bordeaux Saint Jean : une nouvelle offre urbaine inédite au bord de la Garonne
 
 
Spécialement conçu et imaginé par le géant Apsys en collaboration avec l’EPA Bordeaux Euratlantique, « Bordeaux Saint-Jean » est une nouvelle opération urbaine emblématique à proximité de la Gare Saint-Jean. La ville de Bordeaux a été spécialement choisie pour son attractivité économique, démographique et sa qualité de vie. Élue ville la plus tendance de 2017, elle accueille ainsi un quartier unique aux multiples facettes qui ravira sans doute les Bordelais.
Un projet de haute couture urbaine visant à créer un nouvel axe. Le groupe Apsys se donne pour objectif de tracer une diagonale piétonne connectant la gare Saint-Jean de Bordeaux à la Garonne afin de créer une destination shopping, loisirs et sports unique en son genre. Ce projet à ciel ouvert de 450 millions d’euros est un bâtiment-paysage luxueux où vivre, partager, travailler et faire du shopping, et qui sera accessible à tout le monde.
Bordeaux Saint-Jean, par
Apsys fondé par Maurice BANSAY
Un centre commercial unique
 
 
Ce futur espace urbain présente la particularité d’être l’un des plus vastes de la France, voire d’Europe. En effet, ses quelques 88 000 m2 comprenant des commerces, des espaces de coworking et des bureaux ainsi que 250 logements et 1 hôtel de 5 500 m2 vous subjugueront certainement. Mené par la Maison Édouard François, ce projet sera livré en 2022.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Ruban bleu: un centre commercial fondé par Apsys group de Maurice Bansay

 

Ruban Bleu

Centre commercial d’ Apsys group

 
Pionnier dans le secteur de la construction et de l’architecture,le groupe Apsys, créé par Maurice BANSAY, accorde une attention particulière à tout ce qui concerne le développement durable. Cette philosophie l’a continuellement guidé dans la conception de ses différents centres commerciaux situés dans plusieurs régions et villes de France dont Saint-Nazaire avec le centre Ruban Bleu. Cette escale shopping au design coloré offre une expérience unique en bord de mer.
 
 

Le savoir-faire du groupe Apsys

 
 
Culture, loisirs, commerces : ces 3 éléments s’avèrent être les composants clés d’une ville attrayante. Apsys a fait ces trois choses son cœur de métier. Le groupe a en effet réalisé plusieurs projets implantés dans des grandes villes françaises et des plus petites agglomérations. Plus que des centres commerciaux, ces lieux sont tous dotés d’une personnalité qui leur est propre. En effet, l’ambition du groupe est que chacun de ces programmes devienne une véritable vitrine attractive et pérenne pour leur ville.
 
 

Le centre commercial Ruban bleu




Localisé dans l’hyper centre-ville de Saint-Nazaire, le centre Ruban Bleu arbore un style créatif et un design gai. Avec ses 18 000 m2 de surface, il propose une escale shopping unique au bord de mer et regroupe plus de 40 enseignes de mode, beauté, loisirs, maison et décoration ainsi que 7 restaurants. Le parking propose de son côté plus de 570 places de stationnement.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.


Made in Paris: Maurice Bansay, président fondateur d’Apsys, Paris est à vous – 30 mai 2/4


Le 30 mai, Made in Paris avec Maurice Bansay, président fondateur d’Apsys dans Paris est à vous, présenté par Karine Vergniol et Aurélie Blonde, sur BFM Business
 
K : Bonjour Maurice Bansay !
MB: Bonjour !
K: Président fondateur d’Apsys groupe, spécialisée dans l’immobilier commercial, au côté de Sogécap qui est Co investisseur, vous venez donc de lancer le chantier Vill’Up, nouveau centre commercial au cœur de la cité des sciences et de l’industrie à la Villette. Il ouvrira ses portes à l’automne 2014. Vill’Up en quelques chiffres, c’est 24000 m², investissement de 110 millions d’euros, un peu plus de 8 millions et demi de visiteurs attendus chaque année. Je dis centre commercial, ce n’est pas tout à fait ça, c’est à la fois loisirs, commerces, cultures ?
MB : C’est en fait, ce qu’on peut appeler une nouvelle génération d’espace de commerce et de loisir. C’est tout sauf un centre commercial au travers de la définition qu’on a pu donner jusqu’à présent. Ce centre commercial, c’est un projet totalement typique, complètement, totalement innovant, qui va associer aussi dans la culture, au sein du commerce, au sein d’un site absolument magique qui est le site de la cité des sciences et de l’industrie, qui est un site extraordinairement connu, et cœur du parc de la villette.
A : 24000m² répartis entre 4 pôles
MB : répartis entre 4 pôles, vous avez principalement donc un peu de loisirs avec un complexe de cinéma qui va être développé par Pathé qui est la dernière génération de complexe cinématographique, avec 16 salles et 3500 fauteuils. Vous avez également une exclusivité parisienne avec une société américaine qui s’appelle Sky Venture, qui va développer un concept de simulateur de chute libre. Pour ceux qui sont amateurs de frisson, je peux vous assurer que l’expérience est absolument inoubliable. En synthèse, il s’agit tout simplement d’avoir une expérience unique de saut en chute libre avec un souffle à 240 km/h, et vous êtes totalement suspendus. Ça sera extrêmement interpellant pour les visiteurs du site aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, puisqu’on va voir des personnes qui vont pouvoir être à l’intérieur de ce tube de verre. Et puis un pôle dédié à l’enfant, puisque vous savez que la cité des sciences est très connue pour son pôle enfant. Donc autours d’une mainte surface idée kid, un pôle de restauration très puissant, et enfin, un pôle de boutiques, 25 boutiques avec une offre culture, loisir, cadeau qui va interpeller nos visiteurs.
A : Donc, des boutiques spécialisées vraiment de manière très précise, très pointue j’imagine.
MB : Absolument, très particulière avec une offre décalée par rapport à ce qu’on connaît dans les centres commerciaux habituels.
A : Des grandes enseignes, des commerces indépendants ?
MB : des grandes enseignes, des commerces indépendants, le tout sera mêlé de façon à atteindre l’objectif principal, c’est de faire venir une zone de champ extrêmement importante dans ce quartier, puisqu’on s’adresse en plein renouvellement, en plein développement, le nord-est parisien, l’arrivée du train, 1 million et demie de personnes.
    A : Mais le positionnement, est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur le positionnement de ce nouveau centre ? A qui s’adresse-t-il ?
MB : Alors, ce positionnement, c’est un positionnement très différent  parce qu’en fait, si on fait le constat  dans l’industrie des centres commerciaux qui a un certain historique, puisque les centres commerciaux se sont développés depuis environ 50 ans, qu’il y a une forme de saturation de la part des consommateurs sur le modèle que  nous avons connu et qui a connu énormément de succès, avec la surface alimentaire type hypermarché ou supermarché, puis une galerie marchande. Ce modèle qui s’est considérablement développé, a atteint à notre avis,  une certaine forme de saturation. Donc il faut, aujourd’hui, interpeller et créer véritablement un phénomène de curiosité, créer une véritable émotion entre le consommateur et la proposition commerciale que nous allons  lui faire. Donc, il faut inventer des nouveaux projets, des nouveaux produits ou on mélange de la culture, de commerce, de loisir comme nous faisons à Vill’Up ou comme nous faisons dans d’autres opérations que nous développons également.
            K : Justement, Maurice Bansay, vous inspirez de quel univers ? C’est l’univers américain j’imagine où on mélange tout, un petit peu le loisir, le commercial ?
            MB : En fait, la particularité de notre entreprise, c’est de s’inscrire véritablement dans les lieux où nous adressons. Le villette est un projet tout à fait particulier et spécifique, et le projet que nous proposons est unique. Je ne connais pas d’équivalent aujourd’hui dans le monde, de faire ce type de proposition et d’essayer d’être véritablement l’adéquation avec l’environnement dans lequel nous vivons.
            A : C’est quoi le Moov Box ?
            MB : Le Moov Box est un nouveau concept de loisir qu’on développe avec un de nos clients et partenaires et qui est déjà présent dans nos centres commerciaux, et qui est un grand spécialiste de Laser Game, c’est le leader national de Laser Game. Et ensemble, nous avons inventé un concept nouveau de loisirs dédié à la Villette avec le premier exemplaire qui va être développé à cette occasion, qui va associer du laser Game et également du cinéma, des expériences cinématographiques en 3D, 4D, 5D et 6D. Donc c’est quelque chose de tout à fait unique et on est en train de terminer, si vous voulez, la mise au point de ce concept avec ce partenaire.
            A : Vous disiez repenser véritablement les centres commerciaux, ça veut dire repenser surtout  l’architecture des bâtiments ?  Comment est-il conçu ?
            MB : En fait, si vous voulez repenser complètement la proposition commerciale, ça passe d’abord dans une très bonne intégration urbaine, c’est fondamental. En l’espèce, on s’inscrivait déjà dans un bâtiment existant, ce qui n’était pas simple, qui était très connu dans les années 70. On a fait appel à un très grand architecte, l’architecte Mac Harry qui a fait notamment le stade de France, mais bien d’autres réalisations, et qui nous a fait à la tête dans le cadre de ce projet, véritablement une proposition extrêmement intéressant, puisque le complexe de cinéma va être en partie haute  avec des salles qui vont être suspendues. Ça va être, non seulement interpellant pour visiteur mais une prouesse architecturale.
            A : Est-ce qu’il y a une importance donnée aussi au végétal comme c’est le cas notamment à Beaugrenelle ? Vous occupez aussi de Beaugrenelle, on en dira un mot tout à l’heure. Là aussi, est-ce que vous avez fait ?
            MB : En l’occurrence, dans le cas de Vill’Up, ce n’est pas le sujet du végétal qui était notre première préoccupation mais on a une démarche de développement durable, et ce projet, malgré le fait qu’on s’inscrive dans un bâtiment des années 70, sera certifié Bream very good qui est la norme anglo-saxon bien connue de développement durable. Ce qui nous a plutôt interpellés sur la Villette en matière d’usage, c’est de trouver véritablement une décoration qui soit parfaitement adaptée à l’histoire du lieu et qui soit véritablement surprenante pour les visiteurs.  
            A : C’est un investissement important, 110 millions d’euros, Maurice Bansay qui a investi. A qui est ce profit pour tout ceci ?
            MB : Alors 110 millions, c’est la totalité de l’investissement, y compris les travaux que nos clients vont réaliser. Les deux investisseurs de ce projet sont Sogécap qui est la compagnie d’assurance dédiée aux personnes du groupe Société Générale avec lequel nous avons un partenariat structuré, puisque nous avons déjà réalisé une opération à Caen que nous avons inaugurée il y a quelques jours seulement et qui est un grand succès. Et ce qu’il y a 50 % de cet investissement, et les autres 50%, c’est la société Apsys qui est développeur et investisseur et qui va gérer pour compte commun ce projet.
            A : Est-ce qu’on peut évaluer en terme de retomber ce que ça peut représenter pour un quartier en plein mouvement ?
            MB : En terme d’emploi déjà, qui est un sujet que vous venez d’évoquer malheureusement dans le cas des nouvelles que vous venez d’entendre, très modestement, Vill’Up va créer 350 emplois en phase de travaux et 250 emplois nouveaux générés par l’opération. Nous avons d’ailleurs à cette occasion, signé une convention avec la mairie de Paris et le maire du 19è arrondissement de charte pour l’emploi pour donner une priorité absolue d’insertion aux personnes qui sont dépourvues d’emploi actuellement.
            K : Vous pensez qu’il y a vraiment de la place pour ce genre de projet ? Vous parlez de Beaugrenelle tout à l’heure. À Paris, ça sera aussi un grand centre commercial, intramuros. Même si vous défendez, il y a quand même 25 boutiques à Vill’Up, est-ce qu’aujourd’hui, il y a de la place pour ces nouveaux lieux de dépenses pour les parisiens ?
            MB : Je crois qu’il y a d’abord une très forte attente des consommateurs d’une manière générale. En matière de loisirs, vous avez vu que les chiffres de cinéma, par exemple, ne se sont jamais aussi bien portés, parce que même dans un contexte de crise, tout le monde a besoin d’un peu de détente, de loisir. Ce que nous proposons est tellement différencié à Vill’Up, que finalement avec un budget extrêmement modéré, une famille va pouvoir passer un moment agréable et se détendre dans un environnement et des conditions tout à fait exceptionnels.
                           P : Alors, 2013, année très riche à Maurice Bansay pour Apsys, vous avez dit en deux ouvertures, il y a eu Caen, bientôt Beaugrenelle. On est où Beaugrenelle ? C’est toujours à l’automne prochain ?
            MB : Alors, Beaugrenelle c’est à l’automne prochain. Je vais même vous donner la date, un petit scoop pour BFM business. Ça sera le 23 Octobre, nous allons inaugurer ce projet. Ce projet que nous avons développé avec nos partenaires Jessina, France Ivris et Paris Orléans, est un projet absolument majeur au sein de Paris, et même au-delà parce que je pense très modestement que ce projet fera référence en matière d’immobilier commercial dans les prochaines années.
            A : Merci Maurice Bansay, président fondateur d’Apsys. Donc, on a parlé de Vill’Up qui ouvrira à l’automne 2014 et puis Beaugrenelle le 23 Octobre. Merci beaucoup.
  

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Apsys, un groupe au cœur de l'innovation

 
 
 
 
C’est donc Maurice Bansay PDG fondateur d’Apsys et nous a rejoint Rodolphe Bonnasse, PDG de CACom. Bonjour Rodolphe.
RB : Bonjour Karine !
K : Alors Maurice Bansay, concepteur et promoteur immobilier dans le domaine commercial, Apsys a conçu 31 centres commerciaux dont 7 en France, par exemple Paris Beaugrenelle, Vill Up. Et en quelques semaines, vous avez inauguré Muse à Metz, et comme ça, on est à Metz 40000 m² de commerce et 40000 m² de bureaux logements et services. Et vous avez présenté le futur quartier mixte de Bordeaux Saint Jean, peut-on encore dire que vous créez des centres commerciaux chez Apsys ?
MB : En fait, je crois qu’effectivement vous posez la bonne question. Notre métier est impacté comme tous les métiers par les nouvelles technologies, et puis la mutation de sociétaire à laquelle nous sommes tous en train de vivre. Donc, il faut qu’on se remette en cause. Je trouve que le titre de votre émission caractérise parfaitement bien le cœur de tout dispositif de notre métier, c’est qu’il faut innover, il faut être créatif, il faut changer de modèle et que la particularité d’Apsys a été dès le départ, depuis longtemps de privilégier les opérations mixtes en centre-ville à l’image de ce que nous avons inauguré récemment à Metz, l’opération Muse qui est en face du centre Pompidou et qui est la locomotive de 80000 m² dans plein centre-ville.
K : Alors si on donne deux ou trois exemples, ce qu’il y a beaucoup de choses mais deux ou trois petites choses qu’ils font, ça se distingue d’autres centres commerciaux à Metz.
MB : Je pense que la première chose, c’est que nous sommes dans la ville et que nous créons une mixité de fonctions, c’est très important.
La deuxième chose, c’est que nous sommes très attachés à créer des lieux emblématiques sur le plan architectural, sur le plan de la dynamique commerciale, sur le plan d’animation.
K : L’art aussi qui rentre beaucoup dans le centre commercial
MB : L’art qui est bien évidemment présent dans tous nos projets depuis longtemps et qui à Metz, se justifie encore plus que nous sommes en face du centre Pompidou. Créer en fait une relation émotionnelle avec le consommateur. C’est ça le véritable enjeu et donc créer tout un écosystème permettant de créer sa dynamique.
RB : Mais la question c’est comment vous faites, parce que vous en avez ouvert beaucoup comme le disait Karine, et on sait que ça prend du temps. Vous les avez commencé à quelle date sans qu’on les voie s’ouvrir ? Ils ont démarré quand ?
MB : Ecoutez ! L’opération de Metz a commencé en 2006, nous avons gagné une consultation à l’époque, et puis il y a eu la crise financière de 2008 qui a stoppé le développement de ce projet, puis on n’a jamais été découragé. On est très déterminé dans notre entreprise, mes collaborateurs et moi-même.
k: Comment on fait pour rester à la pointe quand le projet met 5 à 20 ans à certains notaires ?
MB : On se remet en cause tout le temps.La grande difficulté du métier, c’est qu’on fait un métier à cycle long et à toutes les difficultés qu’on peut rencontrer, elles sont nombreuses et variées, et pour autant, il faut en permanence réactualiser. C’est pour ça qu’on a créé en interne un outil qu’on appelait le Lab, qui est un outil qui regroupe un certain nombre de compétences à l’intérieur de l’entreprise en France et en Pologne où nous sommes présents. Et l’objectif de ce Lab, c’est que des jeunes collaborateurs passent leur temps à voyager pour aller nous sourcer toutes les innovations qui peuvent exister en matière de commerce.
K : Et les enseignes aussi, ça, ça bouge énormément. On se dépasse pour les mêmes enseignes. Aujourd’hui par exemple, à Metz, c’est Primark. Et en plus, Primark, elle ne va pas arriver tout de suite, elle va arriver au printemps. Vous leur avez vendu Primark, ça n’arrive pas tout de suite. Comment vous faites ?
MB : Ecoutez ! Je crois qu’on propose des produits innovants, des produits avec une façon différente si vous voulez développer l’expérience client de nos centres commerciaux. Les enseignes sont parfaitement au cœur des mêmes préoccupations et connaissent bien les attentes des clients. Et elles considèrent que les produits qu’on propose sont parfaitement adaptés. Le positionnement, on a connu pendant des décennies le produit classique, basique, hypermarché de périphéries avec sa galerie marchande où on poussait le cadi. Je crois que ce produit qui a été très successful pendant des décennies, aujourd’hui les consommateurs veulent autres choses. Et ce que nous proposons, c’est une expérience client, un parcours client.
K : Avec quelles enseignes ? Quelles sont les enseignes ?
MB : Les enseignes, principalement de mode, qui sont du type Primark qui fait déplacer des foules, ou des enseignes décoration de la maison, des enseignes liées au design, au loisir, des cinémas, des restaurants.
K : C’est ça qui est dingue aussi parce que vous les hauts Asiers, vous y allez carrément à Vill’Up où là, on peut sauter, ce n’est pas un saut en parachute mais un saut en lévitation, un saut en apesanteur. Jusqu’où vous pouvez aller ? Parce que, quand on regarde le projet de Bordeaux Saint Jean ou d’autres projets futurs, carrément vous faites monter les loisirs à un niveau où finalement le toit va devenir un terrain de foot ou que sais-je.
MB : Je crois qu’en fait, il faut réinventer la ville et l’opération Bordeaux, c’est un bel exemple si vous voulez, de la création, je pense, d’un idéal urbain.
Vous êtes à la gare de Bordeaux. La ville de Bordeaux a connu une mutation, une requalification extraordinaire sans précédent depuis ces dernières années sous l’impulsion de son maire. Il y a eu toute la requalification des quais, le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et puis, quand vous sortez de la gare Saint-Jean, vous êtes sur le parvis et vous avez un décalage entre l’image que vous faites de Bordeaux et ce que vous avez en face de vous.
K : Qu’est-ce que vous allez y faire alors ?
MB : L’idée, c’est que nous avons décidé de deux axes très importants, très fort sur le plan urbain. Le premier, c’est la création d’une rue piétonne de 600 m de long, qui va partir du parvis de la gare jusqu’à la Garonne qui est entièrement réservée aux piétons et aux vélos, vous allez avoir un ensemble d’immobiliers mixtes, là aussi, avec des logements, des bureaux, mais également une offre commerciale avec des terrasses de café, des restaurants, des bars. Et sur les quais, deuxième démarche très forte, un bâtiment paysage qui va finir l’aménagement des quais de Bordeaux et qui va être désigné ainsi au sport, à la santé, au bien-être, sous la signature d’un très grand architecte qui est la maison Edouard François.
K : Mais ça signifie aujourd’hui qu’on confie l’aménagement de certains quartiers à des foncières qui s’occupaient jusque-là des centres commerciaux. C’est le commerce qui va habiller les villes et qui va construire les villes.
MB : Je pense que la démarche me parait très pertinente et très positive. En fait, c’est un partenariat public privé, gagnant-gagnant si vous me permettez l’expression. Les collectivités ont toutes les difficultés financières que vous connaissez. Il faut qu’elles gèrent au mieux leur recette publique sans augmenter la pression fiscale et pour autant la ville a besoin d’un réaménagement de qualité. Et confier ça à des privés, c’est pertinent et intelligent, parce que d’autres privés, une foncière comme la nôtre, on s’inscrit sur une durée très longue. Et donc, on va créer un projet extrêmement qualitatif où la pierre fameuse à Bordeaux reste omniprésente avec une architecture de très grande qualité, et cet investissement est porté par une entreprise privée.
RB : Et à chaque fois, ce sont des appels d’offre, à chaque fois, tous ces projets sont liés à des appels d’offre ?
MB : Tous les projets sont des appels d’offres à l’exception de celui de Bordeaux. Nous avons le bénéfice de travailler à l’intérieur de ce qu’on appelle une OIN (Opération d’Intérêt National) avec un établissement public qui a été créé spécifiquement pour développer plus de 700 ha autour de la gare de Bordeaux, sur les communes de Bordeaux de Florac et de Bègles. Et donc, cet établissement public qui est de bras armé de l’Etat, nous a interrogé après une visite de Beaugrenelle, nous a interrogé sur l’idée qu’on pouvait se faire d’un projet urbain qualitatif et commercial à Bordeaux. Et nous lui avons proposé ce projet. Et ce projet a fait l’unanimité auprès de tous les interlocuteurs, que ce soit la ville de Bordeaux, la communauté urbaine ou le conseil régional.
K : 450 million d’euros d’investissement, ça sera prêt quand ?
MB : On espère que ça sera ouvert en 2022 parce que ce projet, comme il est très attendu par les bordelais, on va pouvoir bénéficier d’un accélérateur.
K : Maurice Bansay, PDG fondateur d’Apsys, merci beaucoup d’avoir été avec nous.

OFFRE D’EMPLOI : COMPTABLE IMMOBILIER

Apsys créé par Maurice BANSAY recrute: UN COMPTABLE IMMOBILIER

Type de poste : CDI
Localisation : Siège social – Paris 16ème
Statut : Non cadre
Descriptif du poste :
Gestion comptable
Création des fiches Fournisseurs dans Altaix ;
Validation comptable des saisies de factures du budget de charges courantes et exceptionnelles des équipes de Centres ;
Saisie des factures (budget bailleur) ;
Préparation des règlements fournisseurs via Altaix de manière hebdomadaire ;
Rapprochements bancaires dans Altaix de manière hebdomadaire ;
Rapprochements périodiques Altaix/ Cegid en étroite collaboration avec les comptables généraux ;
Appels de fonds propriétaires ;
Redditions propriétaires annuelles ;
Gestion budgétaire
Saisie des bons de commande et des devis dans Altaix du budget bailleur ;
Documentation
Respect des procédures de collecte, de centralisation, d’archivage et de gestion des pièces contractuelles et comptables relatives à sa fonction
Gestion locative
Relation transverse avec la Gestion Locative pour les données réalisées (« transferts de charges »).
Formation :
Diplôme en comptabilité souhaité
Compétences techniques :
Connaissance de la gestion immobilière
Expérience significative sur Altaix
Expérience en centres commerciaux
Savoir être :
Autonomie
Rigueur
Travail en équipe
Rattachement hiérarchique : Responsable Comptable et Financier – Direction Financière
Formulaire de candidature